1 Comment

  1. Jakez Guieysse
    31 juillet 2017 @ 20 h 00 min

    Sans vouloir le moins du monde gommer l’élément judaïque à l’origine du Christianisme, précisons que le concept de “judéo-christianisme” n’a jamais eu cours dans l’histoire de la chrétienté européenne. C’est dans les années soixante que ce terme fut popularisé par les compagnons de route du Parti communiste. Il y a les Chrétiens, il y a les Juifs mais il n’y a pas de Judéo-chrétiens.
    A l’examen approfondi du Christianisme, il est plus exact de parler d’ Helléno-christianisme, tant les apports de la civilisation européenne sont nombreux , voire majoritaires dans l’élaboration doctrinale de la religion chrétienne.
    Malgré, il est vrai, une volonté de retour aux sources bibliques, le funeste Concile de Vatican II s”est transformé en une sorte de 1789 dans l’Eglise catholique. L’enseignement du Christ a été gravement dénaturé, le rituel sacré à été évacué de nos autels, nos dignitaires religieux sont devenus les courtisans d’une religion contre laquelle nos Papes de jadis appelaient aux Croisades….pour ne citer que quelques trahisons.
    Des trahisons dont les Chrétiens ne sont pas les seules victimes. Les non-croyants qu’ils se revendiquent athées, agnostiques ou païens sont aussi concernés. Car le vide spirituel créé aussi par plus d’un siècle de politique laïciste de nos chers républicains, apparait aujourd’hui comme un puissant handicap pour rester nous-mêmes, face à un expansionnisme religieux extra-européen qui ne nous veut pas que du bien. L’actualité quotidienne dans nos pays européens en montre maints exemples.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.